mardi 19 janvier 2021

Félin ou ruminant ?

Erby
Chatoune a envoyé son Premier ministre parler dans le poste. Le gaillard, fier d’une fonction qu’il n’espérait pas occuper un jour, est venu dire aux 68 millions de chats qui peuplent l’Hexagonie, toutes espèces confondues, qu’il fallait continuer à sagement se confiner dans les chatières pour mieux combattre le coryza, ce virus malfaisant qui depuis un an fait des misères au pays tout entier.
Pour ceux qui l’ignorent encore le coryza,  ou « grippe du chat », est une maladie virale du système respiratoire, dont la prévention n’est possible que grâce à la vaccination !
Si des sujets, parmi les habitants si paisibles et si soumis, de cette belle terre hexagonale, ont encore des doutes sur l’action du gouvernement de la France, tant que ces doutes persisteront, et que des éléments récalcitrants ne seront réduits au silence, le pays restera confiné, sinon gare au pelage !
Toute proportion gardée, cette action rappelle par sa brutalité les mesures de rétorsion prises par l'armée allemande quand un membre de la communauté commettait un acte de sabotage sur l’occupant. Elle arrivait dans un lieu, prenait au hasard quelques habitants, les collaient contre un mur et les fusillaient, histoire de faire entrer de la comprenette dans les ciboulots !
Ces sujets qui, aujourd'hui, profitant des largesses démocratiques de notre belle république, se livrent à des campagnes de dénigrement (voir vidéo intégrale colonne de droite) sur le gouvernement et le corps scientifique qui le guide dans son action, mettant en doute l’intégrité morale des laboratoires, à qui ils reprochent la prévarication, pour rester poli. Rendez-vous compte ! Ils vont jusqu’à exiger des garanties sur les effets secondaires du vaccin. Une aberration que le Sénat s’est dépêché de gommer des tablettes législatives, blanchissant le criminel avant même qu'il ait commis le crime !
Pour contrecarrer l’action néfaste de ces groupuscules extrémistes le gouvernement a pour lui la puissance des médias, dont le travail de pénétration des cerveaux est immense, et la petite armée de pseudo-opposants collabos qui, pour un rien, vous donne de l’antisémite, du facho, du raciste, du nazillon, du complotiste, ce qui est très perturbant pour un esprit moyen, mais qui à terme finira par se retourner contre eux.
Mais au fait, sommes-nous des félins ou des ruminants qu’on conduit à l’abattoir ?


Sous l’Casque d’Erby 



vendredi 15 janvier 2021

14-18 - Le temps des bouchers

Source

Que célèbre-t-on aujourd’hui, 11 novembre ?
La fin de la première guerre mondiale et la victoire de la France, ou la défaite des mouvements ouvriers des deux côtés du Rhin ? Ou, encore, plus vraisemblable, la victoire du « Triangle de fer » ? On désigne ainsi des groupes de pression composés de chefs militaires et de diverses agences gouvernementales se faisant des « couilles en or » en éviscérant les peuples lors des guerres et conflits déclenchés par leurs soins. 
Dans cette danse sinistre, ces artistes du crime sont poussés à la besogne par des industriels et des parlementaires des différentes commissions de Défense appartenant aux deux camps, sans quoi cela manquerait de liant. Des scélérats qui poussent le cynisme jusqu’à verser une contribution sur les bénéfices engrangés dans l’organisation de commémorations annuelles et défilés de la victoire, partout où il y a des pauvres gens à manipuler et des sales pattes à graisser pour préparer la prochaine conflagration. Le tout, au nom de la Patrie !
Prosternés et médaillés, les miraculés de ces boucheries, les humbles, ouvriers, paysans, employés, l’œil brillant de fierté, la larme au bord de la paupière, flattés jusqu'à la nausée, vont sublimer et perpétuer l’orgie criminelle des puissants jusqu'à la fin des temps héroïques !
Ceux-là mêmes qui aujourd’hui gouvernent, nous confinent, nous obligent à porter un masque, signe distinctif de soumission, ordonnent le couvre-feu, imposent un vaccin et détruisent l’économie pour transformer les pays en un immense camp de rétention !
Que fête-t-on en vérité à la télé aujourd’hui ? La fin d’une guerre ou le début d’une autre, autrement plus effrayante et meurtrière ?
Sur le sujet, chez les Cénobites.

Sous l’Casque d’Erby



samedi 26 décembre 2020

Et si... Et si...


Soixante-dix longues journées avant l’investiture de Joe Biden à la fonction de président des États-Unis. Deux très longs mois pendant lesquels le pouvoir profond va imprégner de sa viscosité tous ceux qui, de près ou de loin, auront des décisions à prendre sur la régularité du vote. Autant dire qu’il y a des sales quarts d’heure en perspective pour les personnes concernées.
N’allons pas penser que les bestioles du gouvernement underground vont rester les bras croisés en attendant la suite des réjouissances, alors qu’ils sont en passe de réussir le coup parfait : la mise en place d’un gouvernement globaliste dans lequel le citoyen a déjà construit sa prison, avec chauffage au sol et air conditionné, si l’endroit est soumis à des fortes températures saisonnières. C’est ce qu’on appelle l’effet papillon, une suite d’événements d'apparence anodine où le précédent influe sur le suivant. Exemple : virus-létalité-peur-confinement-dictature-acceptation. Pour résumer ce qui se passe aux États-Unis a été précédé en Europe et dans le monde par le désormais classique Coronavirus. Le premier mouvement de l’an 01 de la dictature globaliste que personne n’imaginait possible. S’il est encore temps d’arrêter cette folie, va falloir se bouger le train, parce qu’en face ils ont mis la surmultipliée pour nous fabriquer une vie version « Soleil Vert » !
Et si ce « Clown » de Trump, que nous avons tant moqué, guidés par des médias larbins et manipulateurs, sans avoir le look glamour d’un Obama, avait fait plus pour la paix dans le monde que beaucoup de ses prédécesseurs ?
Savions-nous que le « clown » vient de négocier quatre accords de paix au Moyen-Orient, chose que « 71 ans d'interventions politiques et de guerres sans fin n'avaient pas produites »
Savions-nous qu’il est le premier président qui n'a pas impliqué les États-Unis dans une guerre à l'étranger depuis Eisenhower ? 
Avons-nous oublié que ce « clown » a mis en lumière la corruption profonde et généralisée dans des services comme le FBI, la CIA, la NSA et les partis républicains et démocrates ?
Et que penser de ses révélations sur la pédophilie généralisée au gouvernement et à Hollywood, ainsi que sur le trafic sexuel des mineurs dans le monde entier ?
Bien sûr que nous n’avons ni vu ni entendu puisque nous crachions notre haine et dansions notre joie devant sa défaite !
Une défaite qui aura des conséquences lourdes à plus ou moins long terme, parole de scout !

Sous l’Casque d’Erby




samedi 19 décembre 2020

La vie n'est qu'un grand suppositoire

« Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité au peuple et ne se reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l'homme d'État. » 
 Theodore Roosevelt 

Triche ou pas triche, Jo Biden sera le prochain cowboy de l’Amérique, du moins sa doublure la moins coûteuse. Exit le vilain encombrant ! 
Mais, beware !, parce que derrière le pantin Biden ça usine de la mauvaise intention à des cadences infernales.
Le vampire n’en peut plus de devoir brider son frein ! Il lui faut sa dose et sa surdose d’hémoglobine. Quatre ans qu’il le ronge, ce putain de frein ! Si ça ne tenait qu’à lui, il t’aurait déjà arrangé le Moyen et l’Extrême-Orient et aurait par la même occasion mis sur orbite le projet de Grand Israël cher aux sionistes et sur lequel ils calent depuis que Trump est au pouvoir. Car, pour Trump, la guerre n’est pas son hobby ! Si tant est que celle-ci puise en être un !
Pardonnez cet écart, les temps sont à l’émotion,
Comme toujours, les campagnes électorales servent à nous faire croire que nous décidons du sort du quartier, du village, de la région, de la nation. De la planète ! De notre éducation et de celle de nos enfants. Que notre parcelle de vie est la vie que nous avion rêvé à l’état d’embryon. Que la démocratie n’est pas un panier ordinaire qu’on remplit de tout et de n’importe quoi, mais une idée soigneusement nourrie dans un pays merveilleux et que l’on se fait livrer par Chronopost les jours ouvrables !
Que les révolutions dans le monde sont l’œuvre du prolétariat militant et des socio-traîtres ordinaires, que la finance internationale et le complexe militaro-industriel sont l'invention d'affreux complotistes paranoïaques et non cette horrible réalité que nous traînons depuis des siècles dans nos vies !
Que nous sommes libres parce qu’ainsi nous l’avons décidé. Que l’état de dictature sanitaire qui nous est imposé par les actuels larbins du gouvernement français n’est qu’un mal provisoire, parti pour durer plusieurs siècles si un vaccin n’est pas vite trouvé et pucé chez le malade imaginaire.
Que ce virus mutant, colporté par une vilaine bête, le pangolin, que des barbares niakoués ont l’habitude de cuisiner pour se nourrir, va durablement entacher la réputation de notre belle démocratie. 
Et, enfin, que la chose que vous sentez pénétrant votre arrière-train avec force n'est qu'un simple suppositoire pour vous guérir d'une mauvaise fièvre saisonnière.

Sous l’Casque d’Erby 



jeudi 17 décembre 2020

Assis sur son Biden quand il trotte...

Qui de Trump ou de Biden pour prendre en main les affaires du déliquescent empire américain ?
Je me souviens du cas Obama, de ma joie à fêter sa victoire, et colporter comme un automate son Yes wee can, comme le signe d’un puissant doigt dans l'cul !
Hélas, bien souvent, il est de l’utopie comme du fantasme, il en faut chaque fois un peu plus. Au final, Obama a été le président américain qui a déclenché ou entretenu le plus de guerres. Pourquoi ? Parce que derrière le personnage (Obama, Clinton, Bush, Reagan...) se cache le marionnettiste, celui qui tire les ficelles et qu’on ne voit jamais ou alors, en ombre chinoise.
Sinon pourquoi diable présenter un zombie tel Joe Biden pour présider aux destinées de la première puissance mondiale ? Un gars tellement à l’ouest qu’il croit concourir à l’élection du conseil d’administration du yachting club d’une commune littorale.
Que cela ne fasse pas oublier le rôle que l’ancien vice-président d’Obama a joué dans la « sale affaire ukrainienne » ! Mais n'en dites rien sur les réseaux sociaux, vous seriez censuré, voire chassé. De fait, vous seriez un nazi ! Tout pareil que ceux que les américains ont nourri en Ukraine !
C’est dire si l’enjeu de cette élection est énorme !
Mais ce qui intéresse surtout le Parti démocrate c’est de reprendre la main, d’empêcher, en cas de défaite, quelques scandales d’éclater au grand jour, ce qui aurait pour effet d’envoyer au gnouf bon nombre de gros légumes du parti et d’empêcher le pouvoir occulte de légitimer sa malfaisance.
Subsidiairement, je voudrais dire à ceux qui, de ce côté-ci de l’Occident, pensent que les démocrates américains représentent la gauche et font campagne tous azimuts dans ce sens, qu’ils se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Républicains et Démocrates sont à la gauche ce que Macron est au service public en France. Démocrates et Républicains c’est l’équivalent français de Les Républicains/Rassemblement National ! Sarko et Marine Le Pen, en somme !
C’est dire si l’idée de la gauche telle que l’entendaient nos grands-parents et pour laquelle ils ont donné leur vie c’est devenu de la légende !

Sous l’Casque d’Erby 



samedi 12 décembre 2020

Si t’es pas content tu dégages en Corée du Nord

Erby
Tôt le matin, entre deux gorgées de café, je lis, à la une d’un média subventionné (presque 12 millions d’euros par an !) que 71% de français sont pour « le confinement pendant la période de Noël ». A ce tarif, les sondages peuvent montrer certaine élasticité, n’est-il pas, messieurs du recul et de la rigueur éthique ?
Le média dont je parle n’est pas celui qui palpe le plus. Certains dépassent les 16 millions d’euros de subvention. La France du travail et de la sueur est généreuse avec les escrocs, puisque c’est son argent qu’on distribue de manière si dispendieuse. Je vous laisse imaginer l’effort que les patrons de presse doivent consentir pour faire plaisir au généreux donateur !
Dans ces conditions, parler de liberté de la presse relève de l’illusion ! Itou pour la démocratie. Dès que la critique de notre constitution et des partis qui la représentent se fait plus acide, voire carrément hostile, devant la dictature qui s’installe, on vous frotte le nez avec le très fumeux argument : « si t’es pas content, tu peux partir en Corée du Nord ! » Et si je n’ai pas envie de quitter la France pour la Corée du Nord ou pour l’ex URSS, on fait comment ?
Argument définitif que le con emporte avec lui jusque dans le caveau familial, sans pour autant ensevelir sa connerie. Cette dernière il la laissera en héritage aux futures générations. Pour la souvenance, c’est la seconde nature du con, celle qui lui survit et qui continue son travail de destruction pour les siècles des siècles.
Le mérite de la classe politique est d’avoir mis la main sur le con ! Une mine inépuisable ! Quelle que soit l’invention qu’on mettra à disposition du con pour l’aider à s’affranchir il aura toujours un train de retard, voire même une vie entière. Et ne pensez pas que votre empathie, votre patience ou votre indulgence va l’aider à prendre en marche ce fameux train de retard !
A propos, en quoi l’empathie a aidé les cons de tous les camps pendant les guerres mondiales ? Combien sont morts convaincus de « mourir pour la patrie » en trucidant leur alter ego d’en face, alors qu’ils faisaient la lessive pour les riches des deux camps ? Les cons des deux camps se foutant sur la gueule à qui mieux mieux pendant que les escrocs des deux côtés jouaient au golf bien à l’écart, les usines des deux camps marchant à plein régime pour accélérer l’éradication du surplus !
A la fin, des médailles par-ci, une commémoration plus loin, quelques larmes de crocodiles dans des films en cinémascope et technicolor où le con du camp des méchants, un prolo de l’usine d’armement dans son pays, en costume de méchant, tandis qu’en face, le gentil avec son uniforme de gentil, un pauvre de l’usine d’armement du pays d’en face, se serrant la pogne et disant « plus jamais ça » !
Jusqu’à la prochaine, où les deux pauvres se retrouvent pour la belle !

Sous l’Casque d’Erby




lundi 7 décembre 2020

Fais-moi Reset

Erby
Depuis le mois de mars les vagues se succèdent à un rythme régulier. On dit d’elles qu’elles sont indéfinies. Qu’elles n’ont pas de « bornes fixes et déterminées ».  Qu'elles vivent confinées, jusqu'au jour ou...
Si les vagues ont, en général, une origine naturelle, celles auxquelles nous avons affaire sont d’origine humaine. De même que nous avons en mer les vagues dites scélérates, sur terre les hommes ont inventé la vague configurante. Comme sa sœur l’océanique elle est haute et soudaine. Considérée, jusqu’en mars dernier, comme très rare, même si certains initiés parlaient d’elle comme d’une chose très vraisemblable, pouvant survenir d’un instant à l’autre.
A l’époque, dans leur jargon, ces initiés parlaient de Reset. Cela sonnait bizarre aux oreilles du quidam ordinaire. Le commun ne comprenant pas la signification absconse.
Pour mon cousin, un homme simple, les sabots tigés dans le sol de sa campagne, risette c’était quand sa femme l’entreprenait et lui disait, les yeux dans les yeux : « fais-moi risette ». Cela le faisait rire et rugir de plaisir, lui faisant oublier pour un instant la misère de la vie.
Dans sa ré-appellation, Reset est un terme qui fait flipper les chaussettes dans les sabots. C’est la grande épuration économique, la méga braderie avant fermeture définitive des surfaces propres, l’esclavage généralisé et la construction de camps de détention de haute sécurité, avec des grandes zones de non-droit pour les trafiquants, la prostitution, les junkies et autres malfrats issus du flux migratoire organisé, ainsi que quelques autochtones nourris par la marge depuis la naissance.
Il lui a fallu du temps au cousin pour comprendre, mais quand il a compris c’est comme si le ciel lui tombait une seconde fois sur la tête.
Déjà qu’avant c’était pas brillant-brillant ! Au moins, dit-il, le paysan pouvait acheter la corde pour se pendre à une branche solide en tout anonymat. Qui parle encore du suicide des paysans ? Maintenant, non seulement il n’a plus un franc bigouden pour acheter de la corde mais il lui faut remplir et signer une autorisation pour aller chez le commerçant se la procurer. 
Eh bien, moi, je n’ai plus envie de faire Risette à quiconque  ! Ça prêterait à confusion !

Sous l'Casque d'Erby